Histoire

Notre Dame de la Paix : une Histoire & une Tradition…

 

« NDP avant NDP : La Sagesse et Notre-Dame de la Treille »

Sous son appellation actuelle, Notre-Dame-de-la-Paix est un établissement relativement récent puisqu’il remonte à 1966, date de la fusion entre deux institutions lilloises : La Sagesse (place aux Bleuets) et Notre-Dame-de-la-Treille (place du Concert).

La Sagesse et NDT sont des écoles de filles dirigées par des religieuses : respectivement les sœurs de la Sagesse et les sœurs de l'Éducation Chrétienne. La fusion n’est pas facile entre les deux établissements qui se résolvent avec réticences à perdre leur appellation et craignent de voir disparaître l’esprit qui les anime. C’est l’évêque de Lille, le cardinal Liénart, qui doit trancher personnellement entre les deux camps  et imposer le nom de Notre-Dame-de-la-Paix.

Au moment de nous pencher sur les racines de NDP, nous nous trouvons en présence de sources très inégales selon les sites : place aux Bleuets, les archives sont riches mais place du Concert, il n’y a guère que les albums photos pour témoigner de l’ancienne Institution Notre-Dame-de-la Treille, d’où l’importance des témoignages des anciennes que nous avons commencé à réunir.

 

Cour avant du Concert vers 1930        

                            

Cour avant du Concert en 2013

 

L’histoire de la place aux Bleuets, que nous connaissons le mieux,  remonte assez loin dans le temps. L’école et le collège étaient autrefois le jardin d’un couvent d’Ursulines. Au début du XVIIIème siècle, les religieuses instruisaient plus de 500 jeunes filles avant d’être expulsées par la Révolution en 1792.

Passée la tourmente révolutionnaire, l’école finit par reprendre son activité en 1851 sous l’impulsion de la famille Bernard, propriétaire des lieux dont les Filles de la Sagesse font l’acquisition en 1869. L’année suivante, en 1870, la chapelle de l’établissement est érigée. À partir de cette époque, une grande œuvre d’éducation chrétienne se développe à Lille et c’est à La Sagesse de la place aux Bleuets que le jeune Charles de Gaulle épèle ses premières lettres au cours de l’année scolaire 1895-1896.

L’école poursuit alors son existence au rythme de l’histoire, formant des générations de jeunes Lillois « sous le regard du crucifix » (surtout des filles car la plupart des classes ne sont pas mixtes). Par deux fois, les locaux sont réquisitionnés en raison de la guerre : en 1918 et en 1940. En dehors de ces périodes de crise, le site des Bleuets croît régulièrement, passant de 175 élèves en 1934 à 400 en 1944 et 800 en 1951. Il en compte 600 aujourd’hui.

Après la fusion de 1966, La Sagesse et La Treille devenues Notre-Dame-de-la-Paix passèrent à 1700 élèves, donnant ainsi naissance au grand ensemble scolaire que l’on connaît aujourd ‘hui.

A suivre…